La blockchain pour sauver le monde de l’assurance et améliorer son efficacité

Plusieurs acteurs parmi lesquels figurent les assureurs s’interrogent sur l’influence grandissante de la blockchain sur leurs affaires. Ceux-ci craignent l’arrivée d’une solution disruptive reposant sur la blockchain, qui les rend donc incontournables.

Il faut dire que la blockchain a vraiment fait parler d’elle dans la presse et sur les réseaux sociaux. Cette ébullition entourant cette technologie est à relier directement avec un article important publié dans « The Economist » avec pour thème « La machine à créer de la confiance ». Il faut donc s’attendre à ce que les start-up et les assureurs puissent sortir un produit ou un service basé sur la blockchain.

La blockchain

Elle se définit d’abord comme une technologie, d’un registre mondial qui permet des opérations qui sont datées et classifiées, une importante base de données, partagée sur un nombre important de machines appelés noeuds. La base de données en question est très sécurisée par des algorithmes cryptographiques, impénétrable et impossible à modifier, accessible à tous en lecture et en lecture, elle n’est dirigée par aucun organisme chargé de le faire marcher.

Les assureurs se mettent en place

Grâce à la blockchain il sera possible de concevoir du moins, elle donne la possibilité de concevoir de nouveaux produits et services ajoutant de nouvelles solutions afin de baisser les coûts des opérations de gestion et d’accroître le rendement des procédés de tarification ou de la découverte de la fraude.

Ainsi, la blockchain serait la solution que les assureurs utiliseraient pour sortir d’un marché très saturé et qui ne pourra plus grandir et donner une réplique à la pression de la baisse des coûts. Plus de 200 startups travaillent actuellement sur des solutions reposant sur la blockchain et parmi elles, 10% fournissent des cas d’utilisations pour le domaine de l’assurance dépassant d’élémentaires solutions d’opérations financières qui coutent extrêmement cher au monde de la banque.

Un rapport du cabinet de conseil McKinsey, révèle qu’il existe trois types de cas d’utilisation dans le monde de l’assurance. Ce sont ceux qui donnent la possibilité de revoir à la hausse la croissance de trois façons : l’augmentation des engagements des clients, faciliter les offres de produits lucratifs pour les marchés émergents, contribuer à la croissance des produits d’assurance reposant sur les objets connectés.

Il ya aussi les cas qui donnent la possibilité d’améliorer l’efficacité et enfin ceux qui donnent la possibilité de baisser les coûts en automatisant les processus importants. Partant de ce constat, la blockchain donnerait la possibilité de répondre aux problématiques qui plombent l’activité des assureurs efficacement et leur permettre de faire des économies.

Fortuneo propose de meilleurs produits d’assurance

Filiale du groupe Crédit Mutuel Arkéa, Fortuneo propose une offre gratuite de l’assurance moyen de paiement et propose un contrat d’assurance-vie.

Dès le 1er novembre 2016, Fortuneo Banque va lancer une assurance moyen de paiement. Ainsi, les clients de la banque pourront jouir de la couverture contre la perte et le vol des moyens de paiement gratuitement.

Ainsi, l’institution offre les mêmes avantages que ses clients et permet donc aux clients qui adhèrent pour la première fois à l’Assurance vie de bénéficier d’une prime de 150 € à partir du moment où les montants déposés sont alloués en partie aux unités de compte.

Assurance des moyens de paiement accessible gratuitement.

Fortuneo a dévoilé sa nouvelle grille de tarif qui entrera en vigueur à partir du 1er novembre 2016. Ainsi, les nouveaux clients bénéficieront automatiquement d’une couverture s’ils n’optent par pas pour la souscription d’autres assurances.

Les usagers de Fortuneo vont donc bénéficier d’une protection si leur carte ou leur chéquier est utilisé dans un seuil de 150 €, une exemption qui s’applique souvent quand la perte ou le vol a été fait après une opposition.

Proposée à 18 € par an avant par Fortuneo portait aussi sur les effets personnels tels que le Smartphone, les pièces d’identité d’identité, les clés, et la garantie achat. Avec cette nouvelle assurance, la banque en ligne offre une couverture plus large au point de s’étendre aux moyens de paiements pour ses clients et ceux qui sont dans d’autres banques.

Mais cela ne veut pas dire que les moyens de paiement sont supprimés, mais cela ne permettra pas à la banque de couvrir la carte et le chéquier. Un avantage de plus sur la ligne des prix que propose Fortuneo.

A travers cette nouvelle grille tarifaire, Fortuneo propose des services gratuits de plus sur l’extrait conforme des tarifs bancaires, qui réunit les services qui font l’objet d’une facturation.

Un contrat d’assurance vie axé sur les unités de compte

Pour les nouveaux adhérents à la banque, une prime de 150 € est offerte depuis le 1er septembre avec en plus une souscription d’un contrat Fortuneo Vie, un contrat d’assurance-vie mutlisupport dont la gestion est assurée par Suravenir. Mais le montant minimum du placement doit dépasser 3000 €.

L’assurance jeune conducteur : la clé pour rouler tranquille !

Les jeunes conducteurs ont du mal à trouver une assurance pour leur voiture, car ils sont confrontés à des assureurs qui n’arrivent pas d’une part à leur faire confiance vu le peu d’expérience qu’ils ont. Et d’autre part, les assureurs proposent des garanties très onéreuses.

Si obtenir un permis de conduire un véhicule ouvre plusieurs portes, assurer la voiture n’est pas une chose facile.

En fait, on dénombre plusieurs jeunes qui ne parviennent pas à obtenir une assurance auto, car les nouveaux conducteurs sont trop jeunes, ne disposent pas d’assez d’expérience. En fait, les assureurs considèrent ce type de conducteur, comme étant des clients à risques, c’est-à-dire des clients qui peuvent leur coûter cher.

C’est pour cette raison qu’il existe de nombreuses entreprises qui proposent des tarifs élevés afin de réduire les risques. D’autres par contre, ne veulent pas proposer d’assurance, ou encore des options de garanties minimes. Ce qui pousse les jeunes à faire recours à des prestataires très douteux.

Se servir d’un comparateur pour choisir

Il est conseillé de se servir d’un comparateur d’assurances afin de trouver la meilleure entreprise d’assurance et le contrat qui répondra aux besoins, mais qui correspondra au budget.

En comparant les différentes offres il est possible de trouver une offre qui s’adapte aux besoins et au prix le plus attractif. Avec les comparateurs d’assurance, il est possible de comparer les prix concurrentiels, d’avoir des formules intéressantes.

Au Bangladesh, Auchan va sponsoriser une assurance santé

Auchan a mis sur pied, une fondation en vue de soutenir les travailleurs pauvres dans les pays émergents.

Cette fondation devra en principe, payer la première assurance santé lancé dans l’industrie textile au Bangladesh.

Cette Assurance-santé qui sera financée par Auchan sera dédiée à 20 000 employés des usines textiles. Avec cette action, les travailleurs pauvres pourront être couverts. Ce sont surtout les personnes qui travaillent au sein de sous-traitance des grandes marques, qui sont concernés, mais également dans les lieux où les droits sociaux n’existent pas vraiment.

60 euros par mois pour les travailleurs

C’est dans le quartier de Savar que ce projet va être lancé, car c’est dans cette périphérie de Dacca qu’on retrouve le plus grand nombre d’usines textiles. Ce quartier avait également fait la une des médias, avec l’affaire du Rana Plaza, le 24 avril 2013 avec l’écroulement, d’un immeuble de 8 étages qui abritaient des ateliers textiles, entraînant la mort de 1 135 personnes. L’édifice venait d’être agrandi, peu auparavant, sans permis de construire.

Plus de 4 millions de salariés, travaillent dans le textile au Bangladesh avec plusieurs femmes, qui proviennent des zones rurales. Celles sont payées à 60 € par mois, et ne sont pas couvertes par une assurance santé.

Résultats T1 April : Croissance de l’assurance et baisse du courtage

April publie ses chiffres sur le premier trimestre de l’année avec une hausse de 6,6M. les commissions de courtage se sont stabilisées à 6,6 et les primes d’assurance ont augmenté de 16,1 % à 92,8 M€.

April fini son premier trimestre 2016 avec un chiffre d’affaires qui s’établit à 208,4 M€, en croissance de 6,6%. Après avoir connu une baisse au cours du premier trimestre 2015 de 0,5%, le groupe présente des résultats fixes sur ses activités de courtage.

Repli des commissions santé-prévoyance

Concernant la santé-prévoyance, les commissions se sont fixées à 73,5 M€ à fin mars 2016, en baisse de 1,5 %. Cependant, la hausse en ce qui concerne l’assurance emprunteur et santé, chez les seniors, ne viennent pas combler les résiliations constatées en santé individuelle salariée dans une période où la complémentaire santé entreprise se généralise.

Le courtage grossiste en bonne santé

Dans le dommage, les commissions sont fixées à 42,4 M€, en hausse de 2,2%. « Nous remarquons que notre activité dommage en France se maintient et surtout sur les grossistes… » a énoncé Marc Le Doze, directeur financier du groupe April. « Nous voulons inciter cette tendance. De ce fait, l’acquisition du portefeuille Inter-caraïbes par April Marine n’est pas une opération structurante mais c’est le signe pour nous de lancer les activités dans lesquelles nous avons de l’expérience. »

Voitures autonomes : un bouleversement pour l’assurance, aussi

Pour l’instant, la voiture autonome n’est pas à l’ordre du jour, bien que plusieurs géants de la technologie y consacrent d’importants budgets pour la recherche et pour que celle-ci voit le jour. De plus, de nombreuses entreprises d’assurance devraient travailler sur un nouveau type de voiture d’assurance auto.

Actuellement, Tesla, Mercedes, Apple, Google et autres travaillent actuellement sur la voiture du futur. Cette voiture qui pourra combler les erreurs humaines sur les prochaines. Mais la question qui se pose est celle de savoir comment, il sera possible d’assurer ce type de voiture, de savoir si les entreprises d’assurances pourront apprécier l’arrivée de ce type de véhicule, ou encore s’ils sauront situer les responsabilités en cas d’accident ?

Pour les experts, la voiture autonome deviendra mature en 2040. Sa conception tiendra compte du cadre légal, mais également, celui de l’environnement. Car celles-ci peuvent se déplacer sans qu’un homme n’intervienne et de façon sécurisée. Mais plusieurs obstacles restent à franchir, car si on sait que les constructeurs peuvent la concevoir, des voitures autonomes les routes ne pourront pas pour l’instant s’accorder à ce type de voiture. D’autre part, la commission Européenne des Nations unies a revu le texte régissant l’utilisation de ce type de voiture au point de l’alléger.

Assurance- chômage : les « intermittents debout » envahissent le théâtre de l’Odéon

Pour avoir une influence dans l’ultime journée de discussion de l’assurance chômage, plusieurs intermittents avaient pris d’assaut depuis dimanche soit le théâtre de l’Odéon. Soutenu par Nuit Debout ce mouvement prétend mieux protéger les chômeurs.

A partir de la terrasse du théâtre de l’Odéon on peut voir des banderoles à Paris tenus par des étudiants et des intermittents qui scandent à haute voix aidé par un mégaphone « Chômeurs, éphémères, intermittents, intérimaires, étudiants, avec ou sans papier : SOLIDARITE. » rappelons que les intermittents occupent le théâtre depuis dimanche soir, et cet endroit n’a pas été choisi au hasard.
Les organisateurs du mouvement qui sont accompagnés par les salariés font face à la police qui empêche l’entrée de personnes et l’arrivée d’approvisionnement au théâtre. Les forces de l’ordre bloquent l’accès ont reçu l’ordre du ministère.

« Nous allions nous servir du théâtre de l’Odéon pour discuter, apprendre, déchiffrer les discussions en cours, mais nous n’avons pas reçu l’autorisation, c’est pour cette raison que nous avons envahi le lieu », explique le CIP et la CGT-Spectacle qui persiste à dire qu’une assemblée générale sera organisée.

La loi Hamon aide les changements d’assurance

Depuis qu’elle a été mise en application, le nombre de Français qui change d’assureur auto ou habitation est en hausse.

Elle était entrée en vigueur l’an passé. Grâce à loi sur la consommation, dite « loi Hamon », il est permis au souscripteur de changer plus facilement d’assureur automobile ou habitation pour un autre. Et cela fonctionne, d’après un premier bilan établi par l’Association française de l’assurance.

Un taux de changement en augmentation

Le nombre de Français qui a quitté un assureur l’année passée a évolué d’un peu plus d’1% pour l’automobile et d’1,5% pour l’habitation. Si l’on ne peut pour l’instant pas parler de vague, le changement est pourtant remarquable. Car l’assurance étant habituellement un marché que l’on peut désigner comme étant immobile, ce taux avance très peu en temps normal. Par ailleurs, les changements d’assureur se sont précipités sur le dernier trimestre, montrant que les assurés commencent à réaliser que cette loi fonctionne.

Une économie moyenne de 220 euros par an.

L’autre signe qui montre que les choses évoluent, ce sont les assurés qui exigent d’avantage d’informations avant de faire leur choix. Les demandes de devis ont donc connu une hausse de 15% chez l’un des grands assureurs en ligne. « Pour l’assurance auto, l’économie moyenne à proposer l’équivalent de 220 euros par an », souligne Hamid Benamara, le créateur du comparateur en ligne lesfurets.com. Or, « le levier le plus important pour changer d’assurance, c’est le prix ».

Les banques assureurs tirent leur épingle du jeu.

Cependant, cette nouvelle aisance n’est pas toujours avantageuse pour les petits assureurs ou aux nouveaux arrivants sur le marché. « Les banques assureurs disposent d’une politique commerciale assez combattive sur le sujet et proposent des taux de croissance assez notoires », souligne Hamid Benamara.

Un autre bilan espéré.

Ce penchant devrait à nouveau connaitre une hausse dans les prochaines années. Mais il y a encore plusieurs limites au changement d’assurance, la plus posée étant une standardisation des prix des assureurs.