Partir à la retraite à 61 ans et demi serait idéale pour les français

Quand on leur pose la question de savoir à quel âge ils souhaiteraient aller à la retraite ? Les français répondent que c’est à 61 an et demi pas plus. C’est du moins ce que révèle le sondage Ipsos réalisé pour France Bleu. Un sujet qui gratte déjà les lèvres de tous les candidats à la présidentielle qui pourront faire des propositions pendant la campagne.

D’après une enquête d’opinion menée par Ipsos, pour France Bleu, la plupart des français souhaitent un départ à la retraite à 61 ans et demi. Et 52% d’entre deux estiment qu’il est préférable de stopper avec le travail avant 52 ans. Si cela était vraiment possible, les français seraient cependant, à mesure de continuer à travailler à 63 ans moyennement, c’est-à-dire travailler une année supplémentaire.

Les adeptes de gauche et les classes populaires sont celles qui clament plus un départ à la retraite prématuré. Par contre, ils sont 30% qui jugent qu’il est sensé de partir à la retraite après l’âge légal actuel de 62 ans et ceux-ci font partie des catégories moyennes et supérieures et sont des sympathisants de droite.

Cependant, on compte plus de personnes interrogées, qui sont d’abord inquiétées par le montant de la pension qu’ils toucheront (63%) par rapport au fait de prendre la retraite en avance (30%).

Et s’ils sont motivés par le fait d’aller à la retraite avant l’âge légal, c’est d’abord pour espérer bénéficier d’une pension supérieure à la moyenne (45%) ou de garder leur revenu pendant une longue durée (28%). Les raisons sont donc d’ordre financier qu’on retrouve chez les catégories populaires.

Pour 60% des personnes sondées, c’est un enjeu primordial pour la présidentielle à venir.

François Fillon souhaite un départ à la retraite à 65 ans

En souhaitant, partir à la retraite avant 62 ans, les français viennent à travers ce sondage répondre à François Fillon qui souhaite, un départ à la retraite à 65 ans comme expliqué dans son programme. Le candidat de la droite et du centre veut ramener l’âge légal à la retraite à 65 ans dès 2022 dans le privé. Alors que l’actuel gouvernement l’avait fait migrer de 60 à 62 ans.

Marine Le Pen, présidente du Front National, quant à elle souhaite que l’âge légal à la retraite soit ramené à 60 ans mais en cotisant pendant 40 ans. Une proposition identique à celle de faite par le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui va d’ailleurs se présenter à la présidentielle de 2017.

Pour l’OCDE, il faut aligner les régimes de retraite public et privé

Plusieurs régimes s’accordent pour que soit rétablit l’équité entre fonctionnaires et employés du privé, mais notamment pour générer des fonds d’échelle et de proposer les meilleures visions de carrières.

Face à un vieillissement de la population, à une crise économique frappée d’une inflation faible et de taux d’intérêt au plus bas, la majorité des pays membres de l’OCDE ont lancé des réformes afin que les régimes de retraite et le pouvoir d’achat des retraités soit durable.

Cependant, dans une partie de ces pays de l’OCDE, quand les agents de la fonction publique partent à la retraite, touchent une pension 20 fois supérieure que celle que touchent les employés du privé, d’après le rapport Perspectives des pensions de l’OCDE, comme on le voit en France, Belgique et en Allemagne ou encore en Corée. Ces pays gardent des régimes de retraites différents. En ce qui concerne les pays de l’OCDE où les pensions touchées par les retraités du secteur public sont égales à celles que gagnent ceux du privé et donc égal à 1990, un quart d’entre eux supportent encore différents régimes issus du passé.

Main d’œuvre mobile

Mais si les régimes public-privé venaient à être égaux, cela ne produirait que des avantages d’après l’OCDE. D’abord, cela plus tue l’injustice, car il n’est pas facile d’expliquer pourquoi des fonctionnaires touchent une pension supérieure à celle du privé. Ensuite, vu le caractère économique, cela permet de faire des économies d’échelle avec un régime associé surtout concernant la collecte des cotisations, la gestion de dossiers et le paiement des prestations.

Pour finir, le fait d’avoir des régimes différents, cela peut empêcher les employés d’être mobiles. En partant de là, les fonctionnaires ne seront pas encouragés à rejoindre le privé afin de ne pas voir leurs avantages s’évaporer.

Ce qui rend difficile la gestion des carrières, ralenti la capacité d’adaptation des fonctionnaires aux changements sectoriels et les démoralise au point de ne plus profiter des nouvelles offres d’emplois. «Grâce à un régime de pension unique la les travailleurs pourraient facilement être se déplacer » d’après la conclusion de l’OCDE.

Cumul emploi retraite : une victoire pour les retraités des entreprises minières

Les ex mineurs qui travaillaient au sein des industries électriques et gazières (IEG) sont désormais autorisés à acheter des droits à la retraite jusqu’à l’âge de 62 ans et vendre en même temps leurs retraites des mines.

L’article 19 V de la loi du 20 janvier 2014, prévoit que les travailleurs qui ont soldé une retraite dans un régime de base légalement nécessaire et qui se remettaient ou continuaient à travailler n’aurait plus le droit à des indemnités vieillesse à partir du jour où ils liquide la première retraite de base.

En clair, depuis le 1er janvier 2015, les ex-mineurs qui vendaient leurs pensions des mines à 55 ans avaient la possibilité de travailler dans les IEG comme ceux qui les ont précédés, mais cela ne leur permettait plus de bénéficier de droits à la retraite importants au sein des industries électriques et gazières.

Cependant, les ex mineurs se sentaient lésés par cette décision, alors qu’ils avaient été engagés dans les industries électriques et gazières et qui n’avaient pas demandé à liquidé leur pension minière.

Vu cette mesure qui bloquait les indemnités dédiées aux mineurs comme prévu dans les règles de reconversion, notre fédération a interpellé le gouvernement afin qu’une exception soit faite pour les ex mineurs charbonnages de France ou autres entreprises du secteur minier dans lesquelles les travailleurs étaient régis par le régime minier.

Ce qui a été fait avec l’article 55 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2016 et le décret du 26 avril 2016 concernant les conditions dans lesquelles, les règles du cumul emploi-retraite doivent être appliquées dans le régime de retraite des mines.

Retraite : Quelle mesure adopter pour partir à la retraite avant le temps grâce aux points pénibilité

Le compte prévention pénibilité dont quatre composantes sont applicables depuis janvier 2015 est entré pleinement en vigueur le 1er juillet 2016 avec la prise en compte de ses six restants constituants.
Jusqu’à ce jour, un demi-million de salariés en ont déjà profité.

Il revient à l’employeur de signaler à l’administration le personnel concerné par cette mesure; cette opération se suit de la création d’un compte prévention pénibilité pour chacun des employés déclarés.

Ces derniers en sont informés soit par mail, soit par voie postale au plus tard un an après qu’ils aient été déclarés.

Les employés peuvent ainsi avoir droit à augmentation de la durée de leur assurance vieillesse, avantage auquel on peut avoir accès dès l’âge de 55 ans.

Il est possible même aux salariés qui, eu égard à leur activité professionnelle, auraient pu avoir une pension de retraite à taux pleins, de transformer leurs points en majoration de trimestre afin de partir plus tôt à la retraite selon le nombre de trimestres validés, trimestres qui se limitent à huit.

Les points acquis peuvent aussi servir à financer une formation, ou un passage à temps partiel.

Retraite : ces conditions qui permettent de gagner des trimestres gratuits

Tout le monde sait que pour faire le cumul des trimestres de retraite et parvenir à une durée d’assurance indispensable pour avoir une pension complète, il faut cotiser pendant toute sa vie. Cependant, certaines situations pourront vous donner la possibilité de bénéficier de trimestres gratuits.
En fonction du cas, grâce à ces trimestres vous pourrez combler des « vides » dans votre carrière ou venir s’additionner à votre durée d’assurance globale.

Les trimestres ressemblant à des trimestres cotisés

Il s’agit des trimestres au cours desquels vous n’avez pas pu cotiser, fréquemment pour des raisons qui ne dépendent pas de votre volonté : maladie, maternité, handicap … Ils vous sont donnés seulement si vous en avez besoin pour approuver 4 trimestres lors d’une année civile.

En clair, les cotisations enlevées sur votre salaire pour la même année sont assez pour la remplir 4 trimestres, vous n’aurez aucun trimestre assimilé. Par exemple, si vous avez été bénéficié d’un congé maternité pendant la première partie de l’année mais que les cotisations versées pendant la seconde partie de l’année ont été comblées pour valider 4 trimestres, vous n’obtiendrez aucun trimestre de maternité.

Autre précision : les revenus de remplacement comme les indemnités journalières, allocations chômage … que vous avez touché lors de ces périodes ne sont pas considérés pour le calcul de votre salaire annuel moyen qui sera utilisé pour le calcul de votre retraite. Sauf dans une situation où les indemnités journalières de maternité sont maintenues à hauteur de 125 % de leur montant mais seulement pour les congés maternité après le 1er janvier 2012.

Les congés maladie

Les périodes compensées au titre d’un congé maladie peuvent être maintenues comme des trimestres assimilés, pour un trimestre pour 60 jours au cours desquels, vous avez perçu des indemnités journalières. Les trimestres au cours desquels vous avez touché une rente d’invalidité ou une rente d’accident du travail relatifs à un taux d’invalidité d’au moins 66 % sont également considérés.