Immobilier

Immobilier : les prix chutent en Ile-de-France

La remontée du marché immobilier est certaine. En Ile-de-France, les ventes ont évolué de 42 %. Toutefois les prix ont du mal à décoller même à Paris où le prix moyen du mètre carré touche quand même 8.000 €.

C’est connu depuis de nombreux mois. La reprise est de retour. La note de la situation immobilière des notaires franciliens montre que l’activité connait une hausse.

42.000 logements anciens ont été vendus

En Ile-de-France 42 000 maisons ont été cédées entre septembre et novembre 2015. Cela occasionnera une hausse de 42 % alors qu’en 2014 à la même période, la situation était bien différente. Une performance vue que ce niveau d’activité dépasse 21 % à la moyenne de ces 10 dernières années ! Sur toute l’année 2015, l’évolution des ventes est de 15 %.

Paris, toujours aussi attachante.

Cette reprise touche inexorablement tous les départements de l’Ile-de-France. Mais la ville où cela est plus impressionnant c’est à Paris. Entre septembre et novembre 2015, 9.500 logements ont été cédés, représentant une augmentation de 49 %. Cette évolution impressionnante doit cependant être dédramatisée car en 2014 à la même période, les ventes avaient été ralenties par la fin du système d’abattement de 25 % sur les plus-values.

Les prix descendent.

Mais cette reprise n’empêche pas pour autant que les prix franciliens soient en baisse de 0,7 %. Pour les appartements, la chute constatée est de 1,1 %. Par contre, les prix des maisons sont restés proportionnellement stables. Au fur et à mesure qu’on quitte des centres de villes, cette aptitude à la baisse s’agrandit. Entre septembre et novembre 2015, le prix moyen sur la région était de 5.270 €/m². Tandis qu’à Paris, il est encore de 8.000 €/m².

2016, les prix stables ?

Si on prend en compte les avant-contrats, les notaires franciliens visent une stabilisation des prix dans paris sur le trimestre.

PrécèdentSuivant
Clement
Rédacteur sur HCMA.fr - Spécialisé en marchés financiers et en placements (immobilier, matières premières, etc.)