Assurance

La loi Hamon aide les changements d’assurance

Depuis qu’elle a été mise en application, le nombre de Français qui change d’assureur auto ou habitation est en hausse.

Elle était entrée en vigueur l’an passé. Grâce à loi sur la consommation, dite « loi Hamon », il est permis au souscripteur de changer plus facilement d’assureur automobile ou habitation pour un autre. Et cela fonctionne, d’après un premier bilan établi par l’Association française de l’assurance.

Un taux de changement en augmentation

Le nombre de Français qui a quitté un assureur l’année passée a évolué d’un peu plus d’1% pour l’automobile et d’1,5% pour l’habitation. Si l’on ne peut pour l’instant pas parler de vague, le changement est pourtant remarquable. Car l’assurance étant habituellement un marché que l’on peut désigner comme étant immobile, ce taux avance très peu en temps normal. Par ailleurs, les changements d’assureur se sont précipités sur le dernier trimestre, montrant que les assurés commencent à réaliser que cette loi fonctionne.

Une économie moyenne de 220 euros par an.

L’autre signe qui montre que les choses évoluent, ce sont les assurés qui exigent d’avantage d’informations avant de faire leur choix. Les demandes de devis ont donc connu une hausse de 15% chez l’un des grands assureurs en ligne. « Pour l’assurance auto, l’économie moyenne à proposer l’équivalent de 220 euros par an », souligne Hamid Benamara, le créateur du comparateur en ligne lesfurets.com. Or, « le levier le plus important pour changer d’assurance, c’est le prix ».

Les banques assureurs tirent leur épingle du jeu.

Cependant, cette nouvelle aisance n’est pas toujours avantageuse pour les petits assureurs ou aux nouveaux arrivants sur le marché. « Les banques assureurs disposent d’une politique commerciale assez combattive sur le sujet et proposent des taux de croissance assez notoires », souligne Hamid Benamara.

Un autre bilan espéré.

Ce penchant devrait à nouveau connaitre une hausse dans les prochaines années. Mais il y a encore plusieurs limites au changement d’assurance, la plus posée étant une standardisation des prix des assureurs.

PrécèdentSuivant
Clement
Rédacteur sur HCMA.fr - Spécialisé en marchés financiers et en placements (immobilier, matières premières, etc.)