Impôts

Les arriérés d’impôts de Google à Londres suscitent la polémique

Le 23 janvier, le Royaume-Uni a annoncé que Google allait payer 130 millions de livres sterling d’arriérés d’impôts relatifs à 10 ans de paies. N’étant pas en mesure de calmer les choses, l’accord a créé le tumulte. Pourtant le montant parait moindre devant la taille de l’entreprise et ses revenus. Il a provoqué la colère de l’opposition britannique, ranimé celle du gouvernement italien et poussé l’autorité européenne de la concurrence à la recherche aux plaintes.

Google va donc rembourser 130 millions de livres sterling soit187 millions de dollars d’arriérés d’impôts au gouvernement anglais, sur les revenus de dix années évaluées à 7,2 milliards de livres. Ce que la firme a sans doute considéré comme un signe positif envoyé à la Grande-Bretagne, et plus amplement à l’Europe, est vue comme étant une erreur stratégique. Google, et ce qui est regardé comme un don faite à Londres, font à la première page depuis une semaine. L’annonce a suscité des réactions en systématiques et provoque à nouveau des sur la fiscalité européenne des entreprises du numérique.

L’Autorité Européenne de la Concurrence Consent à recevoir les Plaintes

C’est de façon logique l’opposition britannique qui a mis le feu aux poudres. Plusieurs membres du Labour Party et du Parti national écossais (SNP) ont exigé une enquête européenne. Comme l’indique The Guardian, le gouvernement britannique est également suspecté d’avoir fléchi un peu aisément à la puissance de Google. Quant à l’inflexible commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager, elle a souligné qu’elle est prête à recevoir toutes les plaintes concernant le sujet.

IMPOSÉ À 3% !

Ce retour à l’envoyeur provient surtout du symbole des 187 millions de dollars. Ce que plusieurs considèrent comme étant un montant futile. Car pour le géant informatique cette somme est égale à de l’argent de poche. Son chiffre d’affaires pour l’unique 3e trimestre 2015 s’est évalué à 18,7 milliards de dollars, en évolution de 13%. Et ses ventes en Grande Bretagne pour la même période ont été de 1,8 milliards de dollars.

PrécèdentSuivant
Clement
Rédacteur sur HCMA.fr - Spécialisé en marchés financiers et en placements (immobilier, matières premières, etc.)