Bourse

PARTOUCHE réalise à nouveau des bénéfices

Partouche traverse une période prolifique à la Bourse de Paris ! Le titre du spécialiste en jeu enregistre une progression de 3,04% à 27,15 euros après avoir touché un plus au-dessus de quatre ans 28,66 euros. Les investisseurs célèbrent le net progrès des résultats du groupe en 2015. Le business se porte bien donc pour le groupe, alors qu’il était proche de la faillite il y a quelques années encore. La société familiale récolte les fruits des sérieux efforts de diminution de dettes touchées particulièrement par une maitrise des coûts draconienne et la vente de ses casinos guère ou pas lucratifs.

La dette nette du groupe, qui se chiffrait à 505 millions en 2011, a été ainsi scindée par trois en quatre ans pour parvenir à 65,4 millions d’euros fin octobre 2015.

Un plan drastique de redressement

Egalement en perte de 1,5 million en 2014, le résultat net la part du groupe est apparue positive pour la première fois depuis 2007 à deux millions d’euros. L’autre information importante, c’est le résultat opérationnel courant qui a connu une hausse de 41,3% à 33,8 millions pour un chiffre d’affaires de 400,3 millions, en augmentation de 2,9%.

Cette prouesse affermit le progrès noté depuis trois semestres successifs et montre particulièrement la hausse de 2,5% de la fréquentation constatée dans les casinos français du groupe au cours de l’année.

Paré pour de nouvelles perspectives prometteuses

Avec une situation financière améliorée, les visions semblent prometteuses pour Partouche. Le groupe repose ses espoirs sur le lancement de nouvelles offres comme la généralisation du jeu Bingo, les nouvelles formes de tables de jeux traditionnels sous leur forme électronique et dématérialisée, la loterie télévisée diffusée par satellite en Afrique, ouverture du premier casino à ciel ouvert à La Ciotat pour marquer une nouvelle évolution de ses résultats en 2016.

PrécèdentSuivant
Clement
Rédacteur sur HCMA.fr - Spécialisé en marchés financiers et en placements (immobilier, matières premières, etc.)